Tout savoir sur le vin bio

La production de vin bio est régie par un règlement européen qui précise les règles de production, transformation, étiquetage et importation des produits bio. Ce règlement est en vigueur depuis 1991 et a été actualisé en 2007-2008.

De 1991 à juillet 2012, la réglementation portait uniquement sur les techniques culturales appliquées à la vigne et pas sur la vinification. A partir du 1er août 2012, le réglement européen est étendu à la vinification biologique, ce qui permet la mise en vente de vins étiquetés "vin biologique".


Un rapide historique

L’histoire de la viticulture biologique débute avec celle de l’agriculture biologique entre les deux guerres mondiales. Plusieurs mouvements ont vu le jour à cette époque.

Le mouvement biodynamiste voit le jour en Allemagne en 1927 et devient le premier à mettre en place une marque «Demeter» certifiant l’origine de ses productions. Elle revendique une conception large de la nature humaine et du vivant. La seconde source est l’agriculture organique créée en Grande Bretagne dans les années 40 et qui prône le compostage et le retour à une agriculture paysanne autonome.

En France, l’AB se développe dans les années 60 sous l’impulsion de sociétés comme Lemaire-Boucher puis de Nature et Progrès qui pratiquent une certaine intégration des producteurs (vente de conseils et de produits). Durant les années 70, l’AB est défendue par des mouvements contestataires écologistes. A partir des années 80, beaucoup d’agrobiologistes prennent leurs distances avec les théories des débuts, et les références philosophiques deviennent moins fréquentes. La reconnaissance intervient au travers de la création de différents organismes (IFOAM 1972, FNAB 1978, GRAB 1979, ITAB 1982). L’AB est reconnue officiellement en France en 1981, et en Europe en 1991. Au niveau européen, la réforme de la PAC de 1992 crée des aides à la conversion à l’AB qui seront un moteur puissant pour le passage au bio de nombreux vignerons.


Les définitions de la viticulture biologique

Il existe plusieurs définitions de la viticulture biologique :


Les motivations de la conversion à la viticulture biologique

Les motivations de la conversion à la viticulture biologique sont variées :


Viticulture biologique, biodynamique, vins naturels : quelles différences ?

Pour y voir plus clair, télécharger le document ci-dessous 

Qu'est ce qu'un vin bio ? (24/01/16)

A quoi sert la viticulture biologique ?

Les objectifs poursuivis sont les suivants :


L’importance de la viticulture biologique dans le vignoble

La viticulture biologique est une part importante de la production biologique européenne. Elle couvre une surface agricole importante de près de 250 000 ha à l'échelle européenne et plus de 300 000 ha à l'échelle mondiale.

La viticulture biologique est pratiquée dans tous les pays producteurs de vins (Europe, Amérique, Afrique du Sud, Australie). Aux USA la viticulture biologique est régie par une réglementation spécifique : le NOP.

En France en 2018, selon les statistiques de l’Agence Bio, la viticulture biologique représente 6726 exploitations et 94020 ha dont 65298 ha en bio et 28722 ha en conversion. Cela représente entre plus de 12% du vignoble français. Les principales régions productrices sont l'Occitanie, PACA et la Nouvelle Aquitaine. En 2018, l'Occitanie compte  2138 producteurs et 34 827 ha en bio+conversion.